La forêt en Loudunais

La forêt a assuré, depuis des temps lointains, la continuité des équilibres de la vie. Par conséquent, elle a permit à un grand nombre d’espèces de continuer à exister.

De la forêt primitive à la gestion d’aujourd’hui

Dans la forêt primitive, toute végétation retournait au sol en fin de vie. Quand les hommes ont constitué des populations, ils ont exploité les arbres. Quand les populations humaines ont pris de l’importance, on en est arrivé à devoir gérer rationnellement l’exploitation du bois, pour ne pas risquer de détruire totalement la végétation.

Par nature, la forêt pousse spontanément, mais une exploitation régulière permet de l’entretenir en bonne condition. Dans certains cas, il est nécessaire, après un abattage, de travailler le terrain, avant de replanter. Certaines espèces présentent un intérêt particulier pour les utilisations industrielles. Une gestion bien réfléchie, bien conduite et bien appliquée, permet d’obtenir des résultats qui permettent d’obtenir un rendement satisfaisant.

Les espèces

Un grand nombre d’espèces sont présentes dans la forêt française: « On y trouve pas moins de 136 espèces d’arbres, ainsi qu’un cortège floral et Faunistique exceptionnel. » (Voir Science & Vie n° 1039, avril 2004, p. 93 La forêt française).

Dans la région loudunaise, en particulier, il y a une grande proportion de chênes. Il y a aussi des pins, des peupliers, des charmes, des robiniers pseudo acacia et différentes autres espèces. Le robinier est en progression.

Les types de terrains

La plus grande partie des espèces poussent sur des terrains siliceux. Une grande partie de ces terrains sont perméables. Toutefois, depuis longtemps les feuilles des arbres, les herbes sèches et les différents débris organiques participent à la formation de l’humus.
La masse d’humus présente dans les sous-bois retient l’eau qui est apportée par les pluies.

Les chênes pubescents prospèrent sur les terrains calcaires. Ils ont été traditionnellement cultivés sur des terrains qui appartiennent à l’étage oxfordien, qui est une composante du ‘jurassique supérieur ». L’oxfordien se caractérise par un banc calcaire dur qui est formé par des pierres plates, que l’on appelle couramment « galuches » et par des blocs de forme irrégulière qui affleurent parfois la surface du sol.

Liens avec l’environnement

Les arbres et les arbustes sont associés de près ou de loin à l’environnement et aux activités de l’humanité. La forêt assure la stabilité des terrains. Tout en participant activement au cycle du carbone, elle retient les poussières et certains éléments des fumées.

Les aménagements du territoire, au cours des temps modernes, ont fait que dans certains endroits, les peuplements arboricoles ont été modifiés. Notre territoire conserve en définitive, avec les diverses replantations d’arbres et d’arbustes, une bonne couverture arborescente. Au cours des réunions concertées, les élus locaux et les techniciens se mettent d’accord sur des projets positifs qui sont suivis par des réalisations sur le terrain. Les propriétaires indépendants prennent de leur côté de bonnes initiatives.

Ceci nous amène à prendre en considération l’aménagement de certains espaces proches des zones habitées, en tenant compte du bien-être qui est apporté au public. L’humanité est en même temps propriétaire et gestionnaire du milieu naturel de la planète. Le maintien, l’aménagement, la protection et le respect des peuplement d’arbres et d’arbustes se trouvent dans l’autodiscipline de chacun d’entre nous.

Il faut concilier le respect des valeurs sociales traditionnelles avec le progrès des techniques, dans le cadre d’un travail d’équipe.

Yves Mauxion


>LES FORËTS LOUDUNAISES


 

Bouton retour en haut de la page