Espaces Naturels sensibles

 

La Butte de Lauray

Espace Naturel Sensible – Moncontour

Description

D’une surface d’environ 26 ha, ces coteaux se situent en rive droite de la vallée de la Dive du Nord. La grande diversité d’habitats naturels est liée au relief du secteur du fond de vallée humide avec sa foret alluviale au coteau calcaire, avec ses pelouses sèches, jusqu’au plateau, où alternent des zones de friches et de cultures
À plus large échelle, la Butte de Lauray s’intègre au sein d’un réseau de coteaux calcaires répartis sur le canton de Moncontour, ce qui assure la survie de nombreuses espèces en favorisant leur déplacement et donc leur brassage génétique

Localisation et foncier

Localisée au nord-ouest du département de a Vienne, la Butte de Lauray se situe sur la commune de Moncontour (commune associée de Saint-Chartres)
La totalité du site est privée.

Originalité du site

Le diagnostic écologique réalisé en 2010 met en évidence la diversité d’espèces présente au sein des pelouses calcicoles du coteau, mais aussi des marais du fond de vallée.
La proximité de 2 milieux naturels aussi différents, l’un très sec et l’autre très humide, permet l’épanouissement d’espèces animales et végétales uniques
L’Azuré du plantain. par exemple, est un petit papillon qui occupe ci la seule station connue du département de la Vienne
Et sa survie dépend intimement de la présence d’une plante ‘out aussi rare, l’Astragale de Montpellier

 

106 espèces de plantes 9 espèces de mammifères 61 espèces d’oiseaux 5 espèces d’amphibiens 21 espèces de libellules 11 espèces de criquets & sauterelles 24 espèces de papillons de jour

 

Une valeur paysagère remarquable

A l’interface entre les plaines agricoles et le fond de vallée humide, le coteau calcaire de la Butte de Lauray embellit le paysage local en le ponctuant de nouvelles couleurs
De plus, c’est un lieu chargé d’histoire avec d’anciennes activités humaines comme la viticulture.

Un patrimoine naturel riche…

Mâle d’Argus bleu-nacré (Lysandra coridon) – Photo Rosenzweig

La richesse floristique des pelouses sèches et leur exposition ensoleillée attirent une grande diversité d’insectes parmi lesquels des abeilles, des criquets ou encore des papillons tels que les rares Argus Bleu-nacré et Azuré du serpolet. La Dive du Nord située en contrebas abrite quant à elle le castor et la loutre, ainsi que des amphibiens et des libellules dont le petit Agrion de Mercure. Presque toutes ces espèces bénéficient d’une protection nationale et européenne.

mais menacé
En France, l’abandon des pratiques pastorales traditionnelles a fait régresser les pelouses sèches de 50 à 75% en moins dun siècle. En effet, faute d’entretien, celles-ci évoluent naturellement vers la forêt.

De plus, lorsqu’une barrière (axe routier, milieux défavorables, trop grande distance.. ) empêche la connexion entre deux ou plusieurs sites, les échanges de populations ne s’effectuent plus. Isolées, elles s’appauvrissent génétiquement et finissent par disparaître.

Les pelouses sèches calcicoles figurent parmi les habitats naturels les plus menacés mais aussi les plus originaux de notre patrimoine local.
Si elles ne représentent que 0,1% du territoire régional, elles abritent plus du tiers des espèces végétales protégées en Poitou-Charentes.

[Src : Vienne Nature – Diagostic écologique réalisé en 2010)

Des recensements botaniques et des sorties botaniques organisées par Arbrissel ont eu lieu sur la Butte de Lauray. Consultez la rubrique « Recensements botaniques« .

Bouton retour en haut de la page