Arbres et arbustes

L’amandier

Amygdalus communis

J’ai le plus bel amandier du Loudunais…

Sûr que le propriétaire de l’amandier de Velors peut être fier de son arbre. On le voit en photo et en dessin un peu partout ces temps-ci. Il faut dire qu’il le mérite bien. Le gui lui chatouille les entrailles, mais plus pour très longtemps ; Arbrissel vient à la rescousse.

Ah ! ce que l’on ne ferait pas pour un amandier !
Nous, on l’aime tellement cet arbre fruitier que l’Odyssée Verte lui a réservé toute son attention. Voici le champion toutes catégories des arbres du millénaire. 260 amandiers vont ainsi retrouver fièrement leur place dans la campagne locale dans le cadre de l’Odyssée Verte 2000.

Pourquoi l’amandier me direz-vous ?

Eh bien l’argumentation, si elle n’est pas exhaustive, vaut quand même la peine d’être détaillée.
C’est d’abord le choix de l’authenticité. Arbrissel aime rendre hommage à nos racines culturelles. Des amandiers, il y en a en terre loudunaise depuis plus de 500 ans. Au XVIIIe siècle, le seigneur de Ternay en plante des milliers dans ses vignes.

Mieux, certains fermages sont payés au XVIIe siècle en boisseaux d’amandes. Il est même tellement ancré dans notre culture gastronomique que la pâtisserie traditionnelle locale consacre amandes concassées et autres pâtes d’amande.
C’est ensuite le choix de la raison : ne clâme-t-on pas haut et fort qu’il faut adapter l’arbre à la nature du sol? D’ailleurs, si l’amandier est présent ici depuis plusieurs siècles, ce n’est pas le fruit du hasard. Les sols calcaires, parfois très secs et superficiels d’une bonne partie de notre ”pays”, en sont la première cause, l’amandier ayant un énorme ”pivot racine” qui fraise la roche en toute décontraction.
De plus, le calcaire lui est indispensable. Enfin, l’ensoleillement et les faibles précipitations (sauf en 99) font de notre secteur la zone la plus septentrionale au delà de laquelle l’amandier ne fructifie plus abondamment.
Il se plaît tant et si bien dans cette enclave de l’ouest de la France, qu’il colonise naturellement des talus et des pentes comme à Montforton.

C’est encore le choix de la gourmandise, car si l’amandier nous dispense ses amandes douces aux goûts variés, sait-on vraiment que l’amandier amer peut être à l’origine des pêches, des abricots et autres brugnons ? Il s’agit en effet du meilleur porte-greffe pour ces fruitiers en terre calcaire.
A vos fruitiers préférés, vous offrirez ainsi vigueur, rusticité et longévité. Mais pour cela, il faut réimplanter des amandiers amers dans la campagne Loudunaise.

C’est enfin le choix de la passion ; car n’offre-t-il pas la première grande floraison hivernale de tous les arbres fruitiers ? Avec son abondante floraison blanche, rose parfois, il nous annonce le renouveau de la vie en plein cœur de l’hiver, peu après la discrète floraison jaune de notre cornouiller mâle. Si la blancheur immaculée est si impressionnante, c’est aussi parce qu’elle tranche sur la noirceur du bois. Enfin, la luminosité du vert de ses feuilles printanières n’a pas d’égal dans nos contrées.

Alors, vu que c’est beau, utile et bon, pourquoi se priver d’un tel bienfait, surtout s’il nous offre miraculeusement un petit bout de Provence en plein cœur de la France ?


Où trouver des cornouillers remarquables ?

– Velors – Loudun. Sur le talus face à la ligne SNCF
– Martaizé – Rte de St-Clair. Bord CD
- St Jean de Sauves – Passage à niveau, rte de Frontenay – Floraidon rose
– Ternay – Talus de Montforton, face à ancien moulin
– Insay, La Grimaudière, Curçay…

Attention, tous ces arbres sont privés. Prière de respecter les propriétés.


Paru dans la « Feuille Arbrissel » N°02
Pour les informations contenues, tenir compte de la date de parution de cet article.

Consulter également la rubrique « Arbres Remarquables »
>Consultez également la rubrique Fiche descriptive des arbres et arbustes

 

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!