Arbres et arbustes

Cognassier

Cydonia oblonga.

Famille des rosacées
Le cognassier est originaire d’Asie centrale tempérée (Caucase et Iran) Dans les régions méditerranéennes. il est cultivé depuis des temps immémoriaux.
En l’an 812 Charlemagne encouragea sa culture dans les domaines impériaux.

DescriptIon

Le cognassier est un petit arbre. ne dépassant pas 7m de haut. souvent tortueux. Il est auto-fertile. caduc. résistant. avec une grande longévité. Ses feuil les sont ovoîdes. longues, jusqu’à 10 cm, ses fleurs sont grandes. belles. de couleur rose et blanche, odorantes Son fruit. le coing. est tI-ès reconnaissable par sa taille. sa couleur jaune vert et surtout par son parfum envoûtant.
Le cognassier préfère un sol humide et une situation ensoleillée. Il n’existe aucun problème majeur de parasites et de maladies. En hiver supprimez le bois mort ou malade. épandez un compost abondant.

Compagnons de culture

Comme les pommiers et les poiriers. les cognassiers peuvent bénéficier de la présence de ciboulette d’ail et d’orties !

Propriétés médicinales

On a longtemps utilisé ses graines comme médicament. Elles contiennent en effet Jusqu’à 23% de mucilage. On les utilisait comme remèdes contre la toux. ainsi pour les maladies d’estomac et des intestins elles sont légèrement laxatives au contraire de la chair du fruit.
Selon Pline « Les coings combattent les crachements de sang. la dysenterie. le choléra et la maladie céliaque on en fait aussi des compresses sur la poitrine pour faire tomber les fortes fièvres. Cuits dans du vin et appliqués sur le cuir chevelu avec de la cire, ils font repousser les cheveux. »

Autres emplois

Le bois. issu de la taille. est un bon allume-feu. les fruits. qui parfument agréablement une pièce. peuvent servir aux pots-pourris.

En cuisine

Les coings peuvent être cuisinés en gelée. en confiture ou en pâte. Les morceaux de coings apportent texture et. arôme aux desserts à base de pommes ou de poires,
On peut les faire réduire et sécher à l’étuve pour fabriquer la pâte de coings.
On peut fabriquer de l’eau de coing en faisant macérer pendant plusieurs mois la pulpe de coing râpée dans de l’eau de vie, puis en filtrait le jus obtenu et en le sucrant plus ou moins. en l’additionnant d’eau, selon qu’on souhaite obtenir un apéritif ou un digestif


Paru dans la « Feuille Arbrissel » N°14
Pour les informations contenues, tenir compte de la date de parution de cet article.

Consulter également la rubrique « Arbres Remarquables » >Consultez également la rubrique Fiche descriptive des arbres et arbustes

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!