Arbres et arbustes

Aulne glutineux

Alnus glutinosa – Verne/Vergne – Aulne noir

Ne cherchez pas l’aulne dans les endroits secs : c’est par excellence l’arbre des berges qui aime avoir ses racines dans l’eau. Au contraire des peupliers qui endommagent les berges, les aulnes fixent les berges grâce à leurs racines entremêlées que l’on peut voir facilement : ils sont irremplaçables en bord de rivière.

Le bel aulne a une croissance rapide et pourra attendre 20 à 25 mètres de hauteur. Sa silhouette est fine et pyramidale comme celle d’un sapin, mais avec l’âge il s’étale en largeur. Il pourra vivre de 60 à 100 ans .
On reconnaît facilement l’aulne avec ses feuilles ovales, luisantes et échancrées et il est le seul arbre qui perde ses feuilles automnales quand elles sont encore vertes.
Au printemps la feuille est plus ou moins poisseuse au toucher, d’où l’adjectif glutineux.

Quel plaisir quand on se promène en hiver de voir sa silhouette ornée de longs chatons de couleur rouge violet et ses fruits insolites, les strobiles, minuscules cônes d’une dureté incroyable qui libèrent leurs graines en automne ; un oiseau migrateur, le Tarin des Aulnes, raffole de ces graines.

L’aulne est l’arbre au sang d’orange, aussitôt abattu son bois change de couleur au contact de l’air. En l’espace de quelques heures il passe du blanc jaunâtre au rouge brique vif : c’est pour cette raison que dans quelques régions on l’appelle « aulne rouge ». Au fil des mois cette couleur devient un rouge-orange délavé.

Le bois plongé dans l’eau est imputrescible :
On l’utilisait autrefois pour les pilotis et tous les bois destinés à être immergés.
On dit qu’une partie de Venise repose sur des pilotis de bois d’Aulne.

Il n’était pas beaucoup utilisé en menuiserie mais se prêtait bien au tournage et au polissage et on réalisait des manches d’outils, jouets, crayons, bobines et des sabots solides, légers, chauds et bien imperméables.

Aujourd’hui on fait des bardages de maisons avec l’aulne. On l’utilise aussi pour la pâte à papier.

Il n’est pas beaucoup utilisé comme bois de chauffage car il brûle très vite. Naguère les verriers, les chaufourniers et les boulangers utilisaient ce bois afin de chauffer rapidement leurs fours.

Les rhumatismes et les ulcères étaient soignés avec les feuille d’Aulne.

L’aulne aime le recépage et comme le peuplier et le saule se prête facilement au bouturage dans de bonnes conditions.

Chose assez unique, les racines de l’aulne contiennent des bactéries qui fixent l’azote, ce qui lui permet de pousser dans les endroits très pauvres. Les feuilles et les fruits tombant de l’arbre sont donc munis d’azote et produisent un humus qui profite aux arbres des alentours.

Quelques champignons trouvés sous l’aulne :
Le bolet livide, le lactaire lilas, le lactaire petite coupe et les Alnicoles.

Les feuilles d’aulne peuvent être attaquées par un coléoptère, la Galéruque de l’Aulne, aussi bien sous sa forme adulte que larvaire. Tant que les larves ne sont pas trop nombreuses les dégâts ne sont pas trop importants.
Autre menace : depuis quelques années se répand une maladie transmise par un champignon de la famille des Phytophtora, qui se traduit par des nécroses et des écoulements noirâtres sur le tronc.

L’aulne ou vergne est partout le long des cours d’eau de France. Il a donné son nom à de nombreux villages, villes et personnes, un certain Jules par exemple !

En loudunais nous avons le village d’Aulnay.

On trouve de beaux sujets dans les vallées de la Dive et de la Briande.

Les propriétaires ont tout intérêt à replanter les aulnes indigènes sur les bords des cours d’eau ou en arbres isolé ;
ces beaux arbres utiles le méritent bien !


Paru dans la « Feuille Arbrissel » N°14
Pour les informations contenues, tenir compte de la date de parution de cet article.

Consulter également la rubrique « Arbres Remarquables » >Consultez également la rubrique Fiche descriptive des arbres et arbustes

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!