Actualités

Musique verte, et si l’on en jouait…

Pour ceux qui ont eu ou ont encore un papy jardinier qui cultive des courges, citrouilles et autres courgettes, leur jardin fut souvent l’endroit idéal pour jouer en faisant de la musique verte.

La »trompe à meuh », mais aussi…

Et bien oui, il suffisait de prendre une tige. Puis de la couper proprement. Puis de fendre l’extrémité habilement. Grattée un peu en surface, l’embouchure acceptait alors toutes les bouches avides de jouer et de surprendre famille ou amis. On l’appelait « la trompe à meuh « ! Tout simplement parce que le son obtenu ressemblait à celui qu’émets une vache dans son pré (chose q’elles ne peuvent plus beaucoup faire…, sans commentaires).

Alors il faudra attendre cet été, mais c’est promis, pour ceux qui ne connaissent pas ou en aurait la nostalgie dans les oreilles, nous l’enregistrerons rien que pour eux…

Cela dit, la musique verte ne se cantonne pas à la tige de citrouille. On peut pratiquer cet art ancestral de nos campagnes de diverses façon et avec de nombreuses plantes de la nature. Qu’elles soient cultivées ou sauvages.

De la musique et des jouets buissonniers

Lorsque j’ai fait avec Vincent la signalétique du sentier des lavoirs à Moncontour, j’avais en mains un instrument fait en bois par mon père. Il s’agissait d’une reproduction personnelle du fameux « bozobozo ». Puis un livre dont une grande partie écrite en patois poitevin sur les jouets que l’on pouvait fabriquer avec des éléments collectionnés dans la nature.
La chose était lancée, celle de proposer la réalisation de jouets buissonniers.
Une série d’articles leur sera consacrée prochainement sur notre site.

Un mini-festival local très sympa…

Dans la foulée, l’association LAETA organisa une petite fête locale où la musique verte tenait le haut du podium.
Nous vous invitons à regarder la vidéo de cet événement.

La musique verte a aussi ses lettres de noblesse grâce à des groupes de musiciens classiques (notamment anglais) qui la pratiquent d’une manière sérieuse… mais aussi pas trop. Bon, c’est comme une bouffée d’air nature dans une musique classique trop cantonnée dans son milieu.

> On peut aussi découvrir ce site qui lui est entièrement consacrée.

Et il ne faut pas oublier que de nombreuses « peuplades dites primitives » en jouent régulièrement. « L’ethno musique » existe toujours pour nos découvertes nature toujours plus nécessaires à une intelligence active entre civilisations.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!