Recensements

Sortie à Bournand

Les participants se réunissent sur la place.Un arbre s’ impose à première vue:c’est un érable neundo à feuilles panachées de jaune.Alors que les feuilles de la plupart des espèces d’ érables sont entières,les feuilles de celui-ci sont composées. Elles ont dans la plupart des cas 5 folioles.Parfois elles en ont 3 ou 7.Cet arbre,qui a été planté probablement vers 1890,a atteint un grand développement et sa ramure basse constitue un excellent ombrage en été.

A coté,il y a une touffe de noisetier à feuilles découpées, avec des lobes pintus. Puis il y a un cotinus (arbre à perruques) avec ses inflorescences plumeuses,légères,roses et brillantes.Ces deux arbustes semblent avoir le même âge que l’érable negundo.

Sur la place,il y a aussi quelques jeunes arbres.Ce sont des érables planes à feuilles rouges,des érables planes à feuilles panachées de blanc,des bouleaux verruqueux et des tilleuls.

Elagage de haies

Ensuite la visite se poursuit sur un chemin situé à proximité de l’embranchement de la route de Ripaille avec la route D..147.

Sur ce chemin,qui était complètement obstrué par la végétation arborescente,un élagage en « taille douce » a été réalisé manuellement,avec des tronçonneuses et un petit appareil à lames horizontales pour terminer le travail au sol.

La taille douce,avec ses coupes nettes et précises,permet de mettre en valeur le patrimoine naturel,de pratiquer une bonne gestion des berges des cours d’eau,de valoriser les sites naturels. Quand un sentier de randonnée est aménagé,cela concerne habituellement plusieurs communes (souvent 4 à5).

La taille douce des haies est plus esthétique;elle permet une certaine sélection et une limitation des espèces.Il est bien entendu qu’aucune espèce ne doit disparaître complètement et que la diversité des populations doit être respectée.Aprés une première opération de taille douce,au bout de quelques semaines, un repassage peut être utile.Ensuite,il y a un entretien annuel.

Les haies servent de brise-vent.Elles abritent la faune (entre autres,le gibier) et la micro-faune.Elles retiennent l’eau et limitent les glissements de terrain et l’érosion.Elles captent une partie des engrais qui sont dissous ou en suspension dans les eaux qui s’écoulent des champs.Elles sont souvent bordées par fossé qui guide l’eau selon la pente du terrain.Un ourlet (bordure sur le bord de la haie,en bas de celle-ci) permet d’abriter la faune.

Le5 espèces qui constituent la végétation arborescente,sont 1′ orme,le troène,la ronce,le fusain,le noyer,le sureau,la douceamère,le prunellier,l’aubépine,le cornouiller sanguin,l’églantier à fleurs roses,le peuplier,le chêne pédonculé et le lierre.

Une partie du travail d’élagage et de débroussaillement a été effectué entre deux champs cultivés.A ce niveau-là,le chemin a été ouvert entre deux haies.Une autre partie du travail a été effectuée entre un champ cultivé et un bois.A cet endroit,il a été laissé une haie du côté du champ et le chemin a été nettoyé jusqu’à la limite du bois,en laissant en place les jeunes arbres (ormes et chênes)Ils ont une végétation vigoureuse.Sur leurs troncs,il commence a y avoir du lierre.

Le terrain est argilo-siliceux et humide.Parmi la végétation herbacée qui borde la haie,au bord de l’un des deux champs,il y a des orchis laxiflora.

Après le départ des élagueurs,quelques arbustes sont légèrement retombés:ce sont des troènes,des ronces et des fusains.

Le troène commence déjà a former un ourlet.Ses branches ont prit une position arquée et les ramilles (petites et dernières divisions des rameaux) touchent le sol à une petite distance des tiges principalesCela crée une situation très favorable pour abriter la faune.

A titre de comparaison, un travail d’élagage a été effectué par une élagueuse à tracteur sur la bordure de l’une des haies,du côté de l’un des champs.Pour ce qui concerne les petites tiges (jusqu’à un centimètre de diamètre),les dégâts sont peu importants.Avec des tiges plus grosses,l’élagueuse modifie tout sur son passage.Elle courbe les petites branches et enlève leur écorce.Elle introduit des champignons et des bactéries. En particulier,elle transmet certaines maladies comme le chancre du châtaignier. Le broyage a fait éclater l’écorce sur le côté du tronc d’un peuplier et de quelques pousses d’orme qui avaient poussé en position oblique.Certains petits troncs d’orme ont eu leur ramure arrachée et sont éclatés sur plusieurs dizaines de centimètres de longueur.Il e1est de même pour certaines branches penchées,ce qui fait qu’une partie du jeune arbre est restée verte,tandis que l’autre partie set en train de se dégrader et de dépérir.

Démonstration d’élagage sur un grand platane

Nous revenons dans le bourg.Nous sommes très aimablement accueillis par le propriétaire du Château de Bournand,M. Christian Laurens.Il nous présente le parc,où il y a une représentation du basilic.C’est un animal légendaire qui,à une certaine époque,a terrorisé les populations locales.Il:y a 4 séquoias sempervirens, qui sont plantés en carré.Un abiès pinsapo a atteint un grand développement.Il forme une masse dense de verdure.Les feuilles les plus anciennes sont vert-foncé.Il y a 4 nuances de vert,à mesure que l’on approche de l’extrémité du rameau,où elles sont de couleur claire.Parmj les autres espèces,il y a un saule tortueux, avec des branches sinueuses et des rameaux tortueuxv

Ensuite il y a le jardin potager,avec les légumes et les plantes médicinales et,enfin,un espace occupé par un grand platane

à feuilles d’érable.Dans cet arbre,un élagueur professionnel est en train de travailler,à environ 15 mètres de hauteur.Cette démonstration d’élagage a pour but de montrer l’utilité de 1′ opération.Cette opération permet de remodeler la silhouette de l’arbre et de réequilibrer celui-ci.En diminuant la ramure supportée par certaines branchescharpentières,on évite la surcharge et la rupture qui peut être provoquée par une tempête.On éclaircit la ramure et on élimine les branches mortes,pour laisser pénétrer la lurnière.Quand deux branches se frottent l’une sur l’autre,il faut en éliminer une,car le frottement blesse l’écorce,ce qui facilite. la pénétration des maladies.Les coupes doivent être faites obliquement.Il est bon de les recouvrir d’un enduit approprié.

Le platane et le tilleul se prêtent bien à l’élagage.Le robinier peut supporter un élagage limité.Le noyer et le marronnier le supportent mal.

Y. M.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!