Arbres et arbustes

Alisier torminal. Alisier des bois. Sorbier torminal

Sorbus torminalis L. Crantz

L’Aiisier torminal, Alisier des bois ou Sorbier torminal (Sorbus torminalis L. Crantz) est un arbre de la famille des Rosacêes, qui se caractérisent par des fruits charnus, à peau et à « mouche » (reste du calice de la fleur), contenant des pépins.
Dans le genre Sorbus, le terme « alisier » désigne les espèces à feuilles simples, le terme « sorbier » celles à feuilles composées.

C’est un arbre originaire d’Europe,.Afrique du Nord et Asie Mineure pouvant mesurer jusqu’à 30 m en forêt, plus souvent entre 20 et 25 m.
Des spécimens ayant des circonférences entre 3 et 3,5 m sont attestés, on dit sa longévité proche des 300 ans.
Son écorce grise puis brun-noir se fissure en plaques écailleuses, il a des feuilles caduques vert sombre luisant au-dessus, blanches et pubescentes au revers, à 5 ou 7 lobes dentés, qui virent au jaune bronze ou au rouge vif en automne.

Ses petites fleurs blanches groupées en corymbes éclaircissent les lisières au printemps et donnent des fruits marron de 10 à 15 mm de diamètre, les alises, orangés puis bruns à maturité.
comestibles à pleine maturité (après les premiers gels), au goût acidulé. Ces fruits sont très appréciés des petits mammifères qui jouent un rôle primordiale dans la dissémination des graines (excréments enterrés contenants les graines).
Il présente aussi une bonne capacité de drageonnage.

L’alisier torminal est assez commundans l’ouest de la France, localisé de façon très éparse, généralement moins de 10 individus à l’hectare. Il est rare dans le sud-est, au contraire de l’alisier blanc Sorbus aria. Essence dite de demi-ombre, il aime être donùné et se développe à l’ombre de ses congénères : on le trouve souvent associé en forêt à des chênes ou des frênes et hêtres dans le second étage de végétation du fait de sa moyenne aptitude à concurrencer les espèces à croissance plus rapide. Il est peu fréquent dans les jardins.

Il apprécie des terrains argileux tant calcaires qu’acides, même pauvres (Sologne par exemple), et apprécie les lisières, clairière et trouées causées par chute d’arbre ou éclaircie. Il est présent dans de nombreux massifs forestiers picto-charentais.
En forêt de Fontainebleau, Sorbus torminalis s’est hybridé naturellement avec Sorbus aria et a donné naissance à une nouvelle espèce nommée Alisier de Fontainebleau (Sorbus latifolia), espèce devenue endémique.

Les baies de l’alisier aux vertus astringentes et antidiarrhéiques sont réputées pour cette qualité : l’adjectif latin « torminalis c signifie « bon pour les coliques». Elles sont employés en distillerie (eau de vie).
On peut aussi en faire de la confiture.

Son bois rouge brunâtre, très homogène, dense et dur, exempt de vermine, mais peu abondant, est très recherché. Il est surtout utilisé en ébénisterie et marqueterie, et en lutherie pour la fabrication d’instruments de mesure, de dessin et de musique. On peut en faire de beaux manches de couteaux.

Dans le calendrier républicain, l’Alisier était le nom attribué au 9e jour du mois de Brumaire.


Paru dans la « Feuille Arbrissel » N°19
Pour les informations contenues, tenir compte de la date de parution de cet article.

>Consultez également la rubrique Fiche descriptive des arbres et arbustes

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!