Arbres en Loudunais

Aubépine

Comment les reconnaître
Ses petits fruits rouges ornent l’automne dans les haies des champs. Ses fleurs blanches abondantes illuminent le printemps. Le bois est épineux et l’écorce fine du tronc se détache en écailles caractéristiques .

Qualité
Son bois dur est rouge et susceptible d’un beau poli. Ses qualités de porte-greffe sont réputées pour multiplier de nombreux fruitiers (néflier, poirier, cornouiller). Elle est utilisée pour la greffe en tête des pommiers d’ornement

Usages
La haie d’aubépine, grâce à l’écran fourni par les épines, a permis jadis aux paysans de fermer prés et champs .
Les vieilles souches d’aubépine faisaient loi jusqu’au 18ème siècle pour relever d’anciennes haies ou borner les parcelles.
La médecine traditionnelle a beaucoup utilisé ses fleurs pour combattre les maladies cardio-vasculaires tandis que les coutumes superstitieuses loudunaises la faisaient employer sur le feu de la St-Jean pour porter bonheur.

Commentaire / Anecdote
En Loudunais, les anciens appellent l’épine blanche « c ‘nellier » et ses fruits les « c ‘nelles ». On entend aussi «mai» et «ébeaupin». Tous ces noms indiquent l’importance de cet arbuste dans notre culture rurale.
Ainsi, à Véniers, au moment de la St Jean, on «montait» en procession au Pé de Jojo prélever des rameaux fleuris, rameaux qui étaient censés porter bonheur.
Le feu bactérien a bien failli le faire disparaître. Heureusement, la maladie a régressé et on peut de nouveaux acheter des aubépines. Bien qu’il existe dans certaines haies loudunaises des souches vénérables ayant plus de 300 ans, on connaît assez peu de sujets âgés plantés en isolé dans les villages. Il n’est sûrement pas apprécié à sa juste valeur.

Implantation
Mal aimé ou peu apprécié de nos jours, l’aubépine fait vraiment partie de ces arbres qu’il faut réhabiliter au plus vite. Plusieurs raisons à cela : sa rusticité et longévité (millénaire), sa beauté (port, tronc et floraison blanche ou rouge), son utilité (baies attirants de nombreux oiseaux) sa grande adaptation à tout type de sol et à un espace restreint et enfin sa symbolique et son rôle passé dans le Loudunais.

La place de village, une source légendaire ou encore un fossé de séparation de parcelles sont les lieux indiqués pour favoriser sa réimplantation.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page