Faune

La processionnaire du pin

Thaumetopoea pityocampa

Quel dommage que les chenilles processionnaires du pin et du chêne soient si nuisibles, car elles sont très perfectionnées.

Elles passent la journée blotties ensemble dans un gros nid tissé, situé sous une branche de pin ou de chêne.

Pendant le printemps, au crépuscule, elles partent en file indienne pour grignoter les aiguilles et les feuilles. En avançant elles sécrètent un long fil qui leur sert de guide et leur permet de rentrer au nid, les malignes !

Il est intriguant de voir ces chenilles traverser un chemin ou une ruelle en longues lignes à la queue leu-leu.
Leurs poils urticants s’envolent au vent et peuvent provoquer des démangeaisons dans les yeux et les bronches.

Apparemment, seul le coucou ose attaquer les processionnaires du pin !!!?????
Elles sont insensibles aux fortes gelées parce qu’elles se déshydratent. Elles se nourrissent jusqu’en fin d’été.

Leur présence dans les pins plus de trois années consécutives peut entraîner la mort des
arbres en les mettant à nu.

Pour protéger les arbres de ces insectes, il faut détacher avec soin les nids et les brûler en hiver (au plus tard fin janvier).
La chenille de 50 mm, est brun foncé avec des marques noires et des touffes de poils urticants brun et blanc.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!