Traditions et Vie locale

La soupe au corbeau

Bon, vous ne trouverez pas la recette de la soupe au corbeau sur le site d’ARBRISSEL. Mais ce n’est pas une légende. Dans les campagnes d’antan (et il n’y a pas si longtemps, début du XXI siècle) il arrivait de faire cette soupe, parfois avec de jeunes corbeaux que les gamins allaient dénicher.

Une nourriture quotidienne pour le « petit peuple »

Les temps étaient souvent durs et la pauvreté courante mais pas subie. « Vous voulez manger aujourd’hui, alors allez chercher ce qu’il faut » disait la grand-mère, relate mon père. Et il ne fallait pas revenir bredouille.
Alors chacun allait relever ses pièges, ramasser des champignons ou glaner et au final aussi également dénicher.
La nature environnante était pour beaucoup la source première d’approvisionnement en nourriture. Il était alors de mise de manger saisonnier et local.

La soupe, plat essentiel du monde rural

La soupe était bien souvent servie matin midi et soir. Et parfois dans toutes les saisons. Quoique dans les chaleurs de l’été, on lui préférait « le miot » (ou « le mijet » selon les régions).

Vous ne connaissez pas cette soupe d’été. Elle est très simple à réaliser. On fait fondre du sucre dans un peu d’eau, on ajoute le vin rouge, puis on y coupe des lamelles de pain. On sert très frais.
Une variante de saison : on y ajoute des fraises.
A noter qu’en Touraine le « mijet » désigne une soupe froide au lait.

Un peu de tout dans la marmite

La marmite dans la cheminée était toujours en fonction. On y ajoutait seulement les mets du jour aussi variés que de la viande, des légumes cultivés ou glanés ; sinon de l’eau pour refaire le niveau.
Le pain alors appelé « pain de ménage » était coupé en morceaux dans cette pitance rustique.
C’est l’origine du mot « soupe », et cette pratique date de bien longtemps car on en voit l’usage dès le Moyen-Age. Cela servait aussi à essuyer l’assiette qui sera rangée sur le vaisselier, et finalement à nourrir les chiens.

Découvrez d’autres anecdotes sur notre site.
Mais aussi des recettes anciennes mêlant parfois magie des plantes et médecine naturelle.

Quant aux corbeaux, étant de moins en moins nombreux, il est bon de les protéger. Les « anciens » aiment à dire qu’ils peuvent vivre cent ans, et qu’un couple perdant l’un des conjoints ne se refait pas…

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!