Arbres et arbustes

Le Robinier faux acacia

Robinia pseudoacada

Originaire d’Amérique du Nord, il doit son nom à Jean Robin (15 50-1629), botaniste de Henri IV, et à son fils, également botaniste. Le premier arbre, planté place Dauphine à Paris en 1601, a disparu, mais des rejets ont donné naissance à deux arbres qui existent encore aujourd’hui à Paris : l’un, planté en 1601, près de l’église Saint-Julien-le-Pauvre, l’autre en 1636 au Jardin des Plantes.

Comment le reconnaître :

Jeunes rameaux lisses, verts à rougeâtres, épineux ; feuilles alternées, composée de six à trente folioles ; grappes de fleurs blanches parfumées de mai à juin ; fruits en forme de gousses aplaties, de 7 à 12 cm de long; croissance rapide ; hauteur pouvant atteindre 25 à 30 mètres; écorce crevassée dés l’âge de quinze ans ; cime irrégulière, à branches étalées. Le robinier préfère les sols légers et frais, il fructifie régulièrement, donne de nombreux semis, rejette de souche et drageonne vigoureusement : il peut devenir envahissant.

Ses qualités :

Le robinier est un de nos meilleurs bois, il est passablement dur et d’une rigidité remarquable :
il possède les qualités du chêne et du frêne. Le bois est facile à travailler quand il n’est pas sec, et il prend un beau poli.

Abattu le plus souvent vers quinze ans, il doit atteindre 35 ans pour donner du bois d’oeuvre. Toujours très utilisé pour les piquets de vigne et d’enclos, ainsi qu’en tournage sur bois, sculpture, parqueterie, mobilier.
Il est aussi utilisé maintenant pour le mobilier d’extérieur car il a une résistance naturelle aux intempéries,
sans traitement chimique : il constitue ainsi une alternative intéressante aux bois exotiques coûteux en énergie par le transport et la déforestation.

La C.C.P.L. exploite en forêt de Scévolles le bois de robinier et l’utilise pour les panneaux d’informations,
les jeux, le balisage et autres équipements qui agrémentent les sentiers de découverte du Pays Loudunais.

Quelques sites de robiniers Remarquables :

– Les Chauleries, le château de Ternay, le bourg de Pouant, Sennessais, Nouzilly.
– Les robiniers de Sennessais et Ternay pourraient avoir plus de 250 ans. Il existe de nombreux sujets centenaires dans les parcs des hôtels particuliers de Loudun.


Paru dans la « Feuille Arbrissel » N°11
Pour les informations contenues, tenir compte de la date de parution de cet article.

Consulter également la rubrique « Arbres Remarquables » >Consultez également la rubrique Fiche descriptive des arbres et arbustes

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!