Arbres en Loudunais

Mûriers

Comment les reconnaître
Feuilles cordées et rugueuses pour le Noir, lobées dentelées et tendres pour le Blanc.
Tronc noueux et brun pour le Noir, vert et gris pour le blanc. Le bois est très jaune, y compris les racines. Grosses mûres (très grosses et noires pour le noir) ressemblant aux fausses mûres, fruits des ronces.

Qualité
Grande longévité et rusticité. Insensible aux gels printaniers. Bois dur ayant les caractéristiques du faux acacia.

Usages
Les mûres servent à faire des confitures exceptionnelles. Le sirop est connu depuis l’antiquité pour guérir les maux de gorge. Les feuilles du mûrier blanc servent à nourrir les vers à soie. La soie avec les feuilles du noir est plus rustique.

Commentaire / Anecdote
Le Loudunais fut, à partir du 16e S., un centre de production important de feuilles de mûriers. « En 1840, il y avait 11000 pieds de mûrier blanc en rapport à Roiffé, Mouterre, Le Bouchet et les Trois-Moutiers»*. Il reste, de cette Histoire féconde qui a fait la notoriété du loudunais, quelques vieux mûriers des 2 variétés, mais surtout le mûrier blanc, le plus recherché pour ses feuilles tendres. Le mûrier noir des Eaux Melles à Roiffé est vénérable. Il pourrait avoir 500 ans. Une légende est également née autour du mûrier de Pierre Folle, aujourd’hui disparu.
Beaux spécimens à Arçay, St Clair et Ternay pour le noir, Cocagne et Epenne pour le blanc.

Implantation
Le blanc préfère les terrains frais et aime l’abri du vent. Le noir vient mieux en terrain sec calcaire et s’étale plus en largeur. Le blanc supporte mieux la taille ou l’émondage. Croissance assez lente mais grande longévité.
Pour ce qu’ils ont apporté de richesses à notre loudunais, Arbrissel encourage la réimplantation des 2 mûriers, très beaux arbres pour leur aspect rustique et la superbe teinte jaune des feuilles en automne. Les fruits tachent fortement ( éviter l’implantation sur une zone piétonnière ou de promenade).

Par son aspect légendaire local (le mûrier de Pierre Folle), il prend place logiquement près d’un dolmen. Aux abords des anciennes magnaneries (Angliers, Loudun etc .. ) et sur les communes où les mûriers étaient en rapport (Roiffé, Mouterre Les Trois Moutiers et Le Bouchet), il semble intéressant de les réintroduire.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!