Arbres en Loudunais

Les chênes

Comment les reconnaître
Le Chêne pédonculé tire son nom du long pédoncule présent à la base des glands (forêt de Scévole et de Roiffé).
Le chêne sessile, par contre, possède des glands fixés sur le rameau. Son tronc est plus foncé. Il est plus rare en loudunais (Maugé, les Genêts de Bournand).
Le chêne pubescent, plus petit que les 2 précédents, est le chêne des terrains calcaires, qui plus est accompagne le développement de la truffe. Le dos de la feuille et les rameaux sont poilus (Bois de Basses, Sammarçolles, Ceaux … ).
Le chêne chevelu est plus longiligne et se reconnaît au cupule chevelu du gland (St Léger, Raslay … )
Le chêne vert ( ou yeuse) est un arbre à feuillage persistant, d’un beau vert sombre, dont le loudunais possède quelques sujets âgés (Richemont, Ternay … )
Les petits chênes des Marais et Tauzin ainsi que de nombreuses hybridations rendent difficiles les identifications.

Qualité / Usages
Le Chêne est le bois noble par excellence. Il est utilisé en feuilles de placage de très haute qualité, ébénisterie et menuiserie fine, et toute la gamme des produits secondaires, du merrain (tonneau) au parquet. Grande durabilité du bois de cœur. Excellent bois de chauffage, notamment le pubescent, plus serré car venant sur des terres plus sèches.

Commentaire / Anecdote
Les chênes de la forêt de Scévole sont d’excellente qualité (le grain du bois est fin)
Conte du Chêne Major à Berrie. Chasseignes et Chassigny viennent de chêne (Cassanos)
10 gros Chênes à voir en Loudunais dont 1 exceptionnel à Vézières (c’est le plus gros connu en Vienne) et les fabuleux jumeaux de Raslay (+2 à La Chaussée, 2 à Bournand, 1 à Guesnes, 1 à Ternay et 1 à la Niapterie)
Belle haie de chênes « Têtards » à Ternay.
Il existe de nombreux massifs de chênes pubescents, notamment sur les terres pauvres de petites groies (galuche ). C’est cette variété qui fut plantée aux abords de Basses, Beuxes et Sammarçolles pour récolter les fameuses truffes.

Implantation
Les terres superficielles et calcaires conviennent bien au pubescent tandis que les terres fortes voire fraîches conviennent mieux aux pédonculé et Rouvre. Ces derniers peuvent supporter les sables si fraîcheur existante. Le chêne vert apprécie bien les terres d’au bues voire les terres calcaires légères et séchantes

Partout où l’on possède de la place. Sa symbolique d’arbre sacré des celtes l’indique pour une plantation près des dolmens et autres sanctuaires païens. Le chêne vert (c’est dans son bois, selon la légende, qu’aurait été réalisée la croix de Jésus) est tout indiqué pour les calvaires. On peut enfin les réimplanter en/onction de la toponymie des lieux dans chaque Commune.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page