Arbres en Loudunais

Peupliers

Comment les reconnaître
Les Peupliers utilisés en déroulage sont des hybrides ( clônes) de différentes espèces européennes et américaines. Les peupliers noir et blanc et les trembles, sont eux de véritables espèces qui ont une très longue Histoire dans nos civilisations. Nous parlerons de ces derniers. Les peupliers italien et carolin sont aussi présents depuis le 18ème S.
Le blanc a une feuille lobée, vert foncé et blanche duveteuse dessous, tandis que le noir a la feuille pointue et veri clair luisante. Le grisard a une petite feuille semblable à celle du tremble et du bouleau. Elle prend une teinte orangée spectaculaire en automne.
Le tronc du noir devient profondément nervuré avec l’âge tandis que les écorces du blanc et du grisard sont blanc -gris avec des losanges foncés plus ou moins marqués.

Qualité
Le bois des peupliers est très vite récoltable ( entre 15 et 25 ans). Il est souple. Grâce à la chaleur, on lui fait prendre toutes les formes dessinées. Le bois du peuplier blanc est chanvreux, non utilisable en planches.
L’aspect décoratif des peupliers indigènes est incontestable.

Usages
On ne sait plus utiliser le bois de ces arbres anciens. Pour l’exploitation économique, on leur préfère les hybrides.
Pourtant, avec le peuplier noir dit « bouillard », on a réalisé les plus belles charpentes et poutres des fermes loudunaises, très peu attaquées par les insectes. On réalisait avec le blanc les bat-flanc de charrettes et les stalles à chevaux car plus on cogne dans ce bois chanvreux plus il devient dur et résistant.
Avec le bois du noir exploité en « têtard», on faisait du bois de chauffage et des échalas servant aux tâches domestiques. Dans les plus belles billes, on réalisait a.ussi des parquets et des portes, des voligeages. Avec le peuplier italien, on réalisait aussi de bonnes pièces de charpente. Dans la majorité des habitats loudunais du l8è et l9è, la majorité des portes intérieures et même certaines portes d’écuries et remises sont en peuplier noir, bois très résistant malgré certaines idées fausses.

Commentaire / Anecdote
En loudunais on nomme le peuplier noir« bouillard » et le peuplier blanc« pouble », « poublasse » ou« poupe».
La Vallée de la Dive est réputée pour ses plantations modernes mais le Loudunais regorgent de vieux sujets indigènes qui sont la fierté de notre société paysanne. Il est peu d’arbres qui aient rendu autant de services à nos ancêtres.
La plupart des fermes loudunaises possèdent des charpentes exceptionnelles où les poutres en peuplier, équarries à la herminette, offrent des formes variées à l’infini. Ce bois est peu menacé par les insectes .
Beaux grisards et peupliers noirs en bas de St Cassien. Beaux peupliers blanc au Bouchet et à la Grollière.

Implantation
Les peupliers ont besoin de terrains très frais voire humides. Le peuplier noir demande un peu plus de place que le blanc même si le développement se fait plutôt en hauteur.
L’aspect décoratif des 3 peupliers est indéniable et méconnu. On peut parler de majesté pour le blanc et le grisard. La silhouette du noir est très caractéristique avec son tronc souvent bosselé et ses branches du bas pendantes.

Célèbre chez diverses peuplades pour sa symbolique dans la résurrection, le blanc (et le grisard) peut être planté près d’une chapelle ou d’un ancien sanctuaire ). Le noir peut être réservé aux lieux maudits ou évoquant de sombres affaires. Ils ont également leur place à proximité des ponts sur des ruisseaux (ex. à la Grollière). Le peuplier italien et le Grisard ont leur place dans les fonds de vallée. Groupés par 2 ou 3, ils offrent une majesté incomparable au paysage.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page