Jardinage au naturel

Que faire des déchets verts ? Du compost !

Le compostage est une procédé biologique naturel qui transforme les déchets végétaux, bien mélangées, en un produit ressemblant à de l’humus.
Pour bien réussir son compost, il faut utiliser des végétaux frais et mélangés, pas trop à la fois. Il convient aussi d’utiliser le moins possible des végétaux traités. Il ne suffit pas de stocker les différents végétaux, il faut, régulièrement retourner, aérer et mélanger en conservant une certaine humidité et une certaine chaleur. C’est pourquoi, la préparation du compost se fait à compter du printemps.
Il est possible d’y déposer des tontes de pelouses, des branchages de petites taille, broyés, les fleurs et plantes fanées, les mauvaises herbes (non montées en graine), les épluchures de fruits et légumes, les sachets de thé, le marc de café …
La température du compost peut aller jusqu’à 60/70° .Il n’a pas mauvaise odeur, plutôt une odeur de sous­bois. On peut constater la présence de vers de terre et il brunit et peut aller jusqu’au noir.
Il ne reste plus qu’à prendre fourches et râteaux et la réussite sera au bout.

(Paru dans la feuille d’Arbrissel N°23)


Le compost

 

Les déchets verts sont une charge pour les déchèteries. Le compost est une richesse pour le jardinier.

 

Le compostage est un procédé biologique naturel qui s’effectue dans des conditions contrôlées et qui transforme sur place la matière organique en un produit stable, ressemblant à l’humus, appelé « Compost ».

Au cours du compostage, plusieurs micro-organismes, dont les bactéries et les champignons saprophytes, décomposent la matière organique en éléments plus simples. les champignons saprophytes assimilent la matière organique morte.

Au delà du choix du matériel, la réussite du compostage dépend du soin que vous apportez à une bonne aération du compost par des brassages périodiques et par la vérification de l’humidité du tas. Afin de bien réussir ce compostage de vos déchets verts, il est préférable de débuter au printemps ou en été. Il faut utiliser des végétaux frais bien mélangés, pas trop de déchets à la fois, retourner et aérer régulièrement, en conservant une certaine humidité et une température supérieure à 40 ° pendant plusieurs jours.

Toutefois, il ne faudra jamais incorporer des végétaux traités, des substances nocives ou polluantes ; il faut limiter les apports de résineux. C’est un milieu vivant et naturel qu’il faut respecter.
Il est possible d’y déposer les tontes de pelouses non traitées, les branchages et les petites tailles broyés, les fleurs et les plantes fanées, les feuilles mortes, la paille, le foin, les mauvaises herbes non montées à graines, les écorces d’arbres, les copeaux, la sciure, les épluchures de légumes et de fruits, les légumes coupés en morceaux, le marc de café, les sachets de thé, le pain rassis et les croûtes de pain.

Divers signes vous indiqueront le bon résultat de votre compost : il y a l’absence de mauvaises odeurs, la montée en température à l’intérieur jusqu’à 60-70 °, la présence de vers de terre, le brunissement du compost, avec le développement d’une couleur brune ou noire. La meule prend une odeur de sous-bois.

Le degré de maturité d’un compost n’est pas déterminé par la durée du processus de compostage, mais par l’état d’avancement de la décomposition.
L’utilisation du compost en sera selon sa maturité.

Le paillage mis en place avec un compost de 3 ou 4 mois, consiste à couvrir le sol d’une couche de matière organique ; ceci permet de protéger la terre, de réguler la température et de maintenir l’humidité.
Le mulching utilisera un compost de 5 à 6 mois, cette technique permet un épandage du compost à l’automne sur le sol, avec un enfouissement au printemps, une fois la maturité atteinte.

Avec un compost arrivé à sa maturité, au terme de 9 à 12 mois, vous disposez d’un amendement organique de haute qualité de fertilisation : les plantes cultivées sont plus résistantes et les rendements plus élevés.
Le compostage est donc un moyen simple d’agir pour la préservation de notre environnement, en recyclant les déchets verts. C’est aussi une façon peu couteuse de se procurer de l’engrais naturel pour le jardin potager et les espaces fleuris.

Pierre Badin – Yves Mauxion

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page