Arbres et arbustes

Le cormier

Si, cheminant sous les arbres à l’automne, vous découvrez de petits fruits verts en forme de poire ou de pomme, éclairés d’une tache rouge ,alors vous avez trouvé des cormes. Levez la tête et vous verrez frémir un feuillage léger, semblable à celle du frêne ou du sorbier des oiseleurs.
C’est en réalité la fine robe aérée du sorbier domestique appelé couramment le cormier, fine robe aux tons variant du vert printanier à l’automnal rouge cuivré flamboyant, fine robe faite de multiples feuilles composées de onze à dix-neuf folioles dentées.

Arbre de qualité :

la dureté et la couleur de son bois sont remarquables, dureté permettant la confection des couronnes dentées des moulins, des pièces des moyeux de charrette, du corps des rabots et des varlopes, de l’âme des boules de fort. C’est aussi un bois de sculpture, je possède une statuette riche de sa patine naturelle légèrement pourprée.

Arbre discret :

il faut le découvrir, il en existe au moins sept dans un périmètre de 1 km à La Chaussée en Scévolles, dont deux sur le chemin répondant au doux nom des épinettes.

Arbre de grande longévité :

celui de Ranton, classé par ARBRISSEL aurait au moins 500 ans.

Arbre majestueux à l’occasion :

près de Senlis dans l’Oise, dans la forêt d’Halatte, un géant miraculeusement respecté par les forestiers impose sa stature qui culmine à plus de 25 m.

Arbre d’histoire :

il a laissé sa marque sur quelques noms de villages : Cormery dans le Loir-et-Cher et dans l’Indre-et-Loire, Corme-écluse et Cormeroyal en Charente-Maritime.

Il est plus méridional que nordiste, il aime les sols bien drainés mais peut s’adapter en tous terrains.

Les fruits ont été très appréciés avant l’explosion de l’arboriculture fruitière, mais attention, ne vous laissez pas tenter par cet attirant fruit piriforme aux couleurs chatoyantes.
Attendez patiemment une maturation qui lui donne une robe de bure, mais un corps plein de saveur, tirez le pétoncule et aspirez l’intérieur, vous ne serez pas déçus.

La corme a engendré le cormé comme la pomme et la poire ont permis cidre et poiré, elle donne aussi, blette, des confitures de qualité.

Vous l’avez deviné, j’aime le cormier, je consomme depuis mon enfance les fruits de cette rosacée à fleurs blanches bisexuées. : aurez-vous envie d’en découvrir, je l’espère…

Respectez cet arbre, semez le (pépins de cormes), plantez le, l’argent ne sera pas au rendez-vous, mais vous aurez quelque plaisir, quelque émotion en le voyant vivre et grandir. N’est-ce pas là l’essentiel ?

Claude Siraut


Paru dans la « Feuille Arbrissel » N°08
Pour les informations contenues, tenir compte de la date de parution de cet article.

Consulter également la rubrique « Arbres Remarquables » >Consultez également la rubrique Fiche descriptive des arbres et arbustes

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!