Recettes

La soupe d’ortie

  • Faire revenir un ou deux oignons dans une grande casserole,
  • puis ajouter environ 250 gr de jeunes feuilles d’ortie, coupées.
  • Laisser fondre en remuant.
  • Ajouter un litre d’eau, 3 pommes de terre coupées en morceaux, sel et poivre.
  • A ébullition, faire cuire à feu doux pendant 15-20 minutes.
  • Mixer et réchauffer. on peut ajouter un peu de poudre d’ail ou de la crème fraîche.

On peut aussi bien faire bouillir les orties assaisonnées, les enlever après pour manger à part et boire le liquide comme un consommé selon Danielle et François Peyrat.
Louis XIV consommait des soupes aux orties et aux coquelicots.


Recette d’inspiration médiévale

Soupe à l’ortie et aux amandes

150 gr de jeunes feuilles d’ortie
2 blancs de poireau
100 gr d’amande en poudre
120 gr de pain rassis

  • Cuire le poireau détaillé en morceaux dans 1,8 l d’eau bouillante salée pendant 25 mn
  • Ajouter l’ortie, le pain broyé au pilon et la poudre d’amande
  • Poursuivre la cuisson pendant 5 mn à petit bouillon

Pendant des siècles l’ortie a fait l’objet de nombreuses recettes. Le dépeuplement des campagnes et la popularité de la vie dans les villes accompagnant la « civilisation industrielle », les ont fait tomber dans l’oubli.
Alors désormais, paradoxe, il y a ceux qui ont la « chance » de pouvoir s’en procurer et profiter de ses bienfaits et d’un aliment plus qu’économiques.
Cela dit certains ont choisi la balle au rebond : ce sont les restaurateurs dits « de nouvelle cuisine » qui ont sollicité des producteurs afin d’obtenir des conserves apertisées prêtes à l’emploi.

Apports nutritionnels et propriétés
Les feuilles d’ortie dioïque sont riches en protéines, considérées comme le légume vert qui en contiendrait le plus. Avec une teneur importante en vitamines (A, B et C), elles contiennent également de nombreux sels minéraux (calcium, potassium, silice, fer, magnesium). Elle est inscrite à la Pharmacopée française pour ses parties souterraines et aériennes, notamment les feuilles aux propriétés diverses : diurétique, anti rhumatismale, antiasthénique, déminéralisante, antiatomique et tonique.

Usages culinaires
Les jeunes feuilles d’ortie dioïque ont une saveur proche du haricot vert.
Pour faire perdre aux feuilles leur pouvoir urticant ‘en dehors de la cuisson), il suffit de les ébouillanter rapidement, de les hacher ou de les faire sécher avant de les ajouter aux salades. Cuite à la façon des épinards, elles permettent la confection de gratins, de quiches, d’omelettes, de soufflés ou de soupe.
(Txt : Institut Klorane)

En savoir plus sur L’AMANDIER

Découvrir l’arbre et son environnement

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!